Société Française de Biochimie et Biologie Moléculaire


Cyril Bourgeois

Cyril Bourgeois a consacré toute sa carrière à l'étude des mécanismes moléculaires de l'expression des gènes chez les eucaryotes supérieurs, avec comme fil rouge la régulation de l'épissage alternatif, qu'il a abordée tant par des approches purement biochimiques que par des approches à large échelle. Au cours de sa thèse soutenue en 1999 dans l'équipe de James Stévenin à l'IGBMC (Illkirch/Strasbourg), il s'est intéressé aux interactions entre certains facteurs d'épissage et leurs séquences-cibles d'ARN, et à l'impact de ces interactions sur le contrôle de l'épissage alternatif. Il a ensuite effectué un stage post-doctoral dans l'équipe de Jonathan Karn (au LMB de Cambridge, Royaume Uni, puis à l'Université de Case Western Reserve de Cleveland, USA), au cours duquel il a étudié les mécanismes de régulation de l'élongation transcriptionnelle, avec comme modèle le virus VIH-1 et sa protéine Tat.

lire la suite

Nicolas Joly

Chargé de Recherche au CNRS

UMR7592, Institut Jacques Monod, Equipe Cycle Cellulaire et Développement.

Depuis le début de sa carrière, Nicolas Joly s’intéresse à l’étude fonctionnelle et structurale de moteurs moléculaires, les AAA+ ATPases (ATPases Associées à différentes Activités cellulaires) qui convertissent l’énergie chimique en énergie mécanique. Il a tout d’abord effectué sa thèse à l’Institut Pasteur Paris, sous la direction d’E. Richet dans le laboratoire de AP. Pugsley où il a étudié la régulation des gènes permettant l’utilisation du maltose comme source de carbone par la bactérie.

 

lire la suite

Célia Plisson-Chastang Chargée de Recherche au CNRS UMR 5099 (Centre de Biologie Intégrative), à Toulouse

Attirée par l’étude de complexes biologiques à l’échelle moléculaire, Célia Plisson-Chastang a effectué sa thèse sous la direction des Drs Daniel Thomas et Patrick Bron, à Rennes, de 2000 à 2003. Elle y a appris la cryo-microscopie électronique en transmission (cryo-EM) et l’analyse d’images, qu’elle a utilisées pour caractériser des structures de virus de plante, et mieux comprendre les mécanismes qui sous-tendent leur transmission et leur infectivité.

Lire la suite

Odil Porrua

Chargée de recherche au CNRS
UMR7592 (Institut Jacques Monod), Paris

Odil Porrua s’intéresse depuis le début de sa carrière à différents aspects de l’expression des gènes. De 2005 à 2009, Odil a effectué sa thèse dans le laboratoire de E. Santero (Espagne) où elle a étudié la régulation de certains gènes impliqués dans la dégradation de molécules contaminantes chez la bactérie.En 2009, Odil a rejoint le laboratoire de Domenico Libri, d’abord au Centre de Génétique Moléculaire (Gif sur Yvette) puis à l’Institut Jacques Monod (Paris) à partir de 2013.

lire la suite